Nous contacter : 04 90 93 55 78

Hôtel Arlatan

Réalisation de l'Hôtel Arlatan

Maître d’ouvrage : SCI Le Quartier du Sambuc – AMO: MYAMO

Localisation : Arles

Surface – Coût : 4 500m² – NC

Calendrier : Etudes 2014-2015 Chantier 2016-2018

Type de mission : Complète en association avec Renzo Wieder Architecte du Patrimoine, Bet Vial, Bet 2L, Morere Economiste.

Artiste en charge du mobilier et du concept sols-éclairage : Jorge PARDO Sculpture – Mérida – Mexique

Hotel Arlatan - plan general
Plan de masse
Hotel d'Arlatan - le patio
Hotel d'Arlatan - le patio galerie XVe
Hotel d'Arlatan - Le jardin et la piscine
Hotel d'Arlatan - Le jardin et la surelevation
Hotel d'Arlatan - Place du Sauvage
Hotel d'Arlatan - La réception
Hotel d'Arlatan - La réception
Hotel d'Arlatan - Le bar
Hotel d'Arlatan - Le restaurant
Hotel d'Arlatan - Le restaurant
Hotel d'Arlatan - Plafond à décors XVe
Hotel d'Arlatan - Escalier principal
Hotel d'Arlatan - Mur antique depuis la cage d'escalier
Hotel d'Arlatan - Escalier principal
Hotel d'Arlatan - Salon d'étage
Hotel d'Arlatan - Galerie
Hotel d'Arlatan - Galerie
Hotel d'Arlatan - Galerie extérieure
Hotel d'Arlatan - Galerie
Hotel d'Arlatan - chambre
Hotel d'Arlatan - chambre
Hotel d'Arlatan - Salle de bain
Hotel d'Arlatan - Closoir peint
Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image...
Présentation du projet :

Le site :

L’édifice se compose de l’hôtel particulier de la famille Arlatan de Beaumont et de sept maisons annexées au corps principal à différentes époques.

L’Hôtel particulier Arlatan de Beaumont a été construit au XVe siècle sur les bases d’une maison romane inscrite à l’intérieur du Palais de la Trouille, peu connu, lui-même établi dans la basilique antique du IVe siècle, elle-même assise sur des vestiges du IIe siècle.

Ce passé architectural exceptionnel marque le lieu et la superposition des vestiges de grande qualité font de cet ensemble un exemple unique de monument antique habité.

Les campagnes de restauration les plus récentes menées par les précédents propriétaires ont été l’occasion de mettre en scène des fragments de vestiges antiques, médiévaux et classiques.

 

Le projet :

Le projet consiste à définir un lieu offrant différents type d’hébergement depuis la chambre, la suite, l’appartement jusqu’à la maison de ville. Le total d’hébergements sera ainsi de 44 chambres ou suites dont 14 chambres pouvant être regroupées en trois appartements en résidence hôtelière. Les appartements sont constitués par des chambres autour de lieux de séjour communs.

Le programme prévoit également la création d’un service de restauration permanent, ouvert sur l’extérieur.

Des salons et lieux collectifs dans les étages proposent des lieux de repos aux résidents de l’hôtel exclusivement.

De nouveaux lieux tels que la salle de sport, le bar à sont envisagés pour le confort et le divertissement de la clientèle.

La restructuration a également pour but de faciliter le service hôtelier par la circulation des agents d’entretien, la présence de locaux de services judicieusement disposés. La disposition et le fonctionnement de la cuisine collective devra permettre un service continu de restauration, une zone d’installation du petit déjeuner sera situé au rez-de-chaussée en prolongement de l’office.

 

Le projet a pour but de prolonger la vie de cet ensemble monumental en harmonie avec la fonction d’hôtel de Tourisme de grande qualité. Ce projet consiste nécessairement à définir des interventions directes sur le monument. Lors de ces interventions aucune altération de l’intégrité esthétique et historique n’a été admise.

 

Cette étude menée conjointement avec l’Architecte du Patrimoine montre l’imbrication de trois monuments: les thermes de Constantin, la basilique antique, le palais gothique. Des interventions majeures ont ensuite eu lieu au XVIIIe siècle. Un redécoupage des espaces a ensuite été mené en plusieurs phases au XXe S.

L’étude documentaire tente de déterminer la chronologie des évolutions de cet ensemble et les raisons historiques des différentes mutations.

Cette étude a été prolongée par l’examen approfondi et le relevé archéologique de l’ensemble des vestiges au cours de la campagne de fouille d’archéologie du bâti menée par Mosaïque Archéologie et en particulier Alexandrine Garnotel. Ce matériau d’étude est consigné dans des fiches faisant l’objet de prise en compte point par point quant à l’intégration du vestige dans le programme de réhabilitation mené par les Architectes.

 

Cet ensemble tire de son unicité de sa situation Arlésienne. Il représente un concentré du patrimoine arlésien en proposant un « millefeuille patrimonial » de dix-sept siècles. A examiner la situation de plus près il s’agit d’un phénomène de reconstruction des édifices sur eux-mêmes dans le respect de ce qui a précédé et non d’une simple superposition.

Ainsi la Basilique succède aux Thermes et à un édifice plus ancien, la maison romane se reconstruit sur les bases antiques, l’hôtel Arlatan de Beaumont propose une restructuration totale des lieux en conservant la structure initiale, les aménagements du XVIIIe composent avec les éléments en place. Il ne s’agit pas d’économie de moyen compte-tenu de la richesse des éléments patrimoniaux mis en œuvre. Ce respect des étapes précédentes explique que cet ensemble se soit constitué en dix-sept siècles d’évolution.

Ce projet constitue une nouvelle étape dans cette évolution et permet de révéler cette histoire invisible jusqu’à présent.

 

 

En savoir + :

Le cas particulier de l’hôtel d’Arlatan nous amène à démontrer l’articulation entre les interventions de la restructuration et la connaissance des vestiges.

 

La basilique romaine fut un lieu civil d’échange, non religieux, un lieu de réunion couvert et ouvert en façade par une colonnade.

C’est avec ce point de départ que nous proposons de renouer pour la création d’un boutique hôtel du XXIe siècle lieu de séjour, de rencontres et d’échanges.

 

Le réaménagement des locaux est l’occasion de redécouvrir et d’identifier les restes de la basilique dans son intégralité. Les murs présents sont resitués dans des espaces collectifs, dans les lieux de circulation et bénéficieront d’un traitement unique aisément identifiable. La destruction partielle du mur au XVIIIe et XIXe S fait l’objet d’un travail sur cette absence afin de recréer l’unicité du lieu.

 

Le travail architectural porte également sur la circulation à l’intérieur des locaux de l’hôtel particulier les vestiges des galeries extérieures, nous amènent à renouer avec une circulation par galerie autour du patio, cœur de l’hôtel particulier. Cette disposition dégage de grands volumes pour les hébergements, salons et autorise la redécouverte des beaux volumes gothiques et leurs plafonds peints. Ainsi les résidents retrouveront la perception originelle de l’un des vestiges les plus étonnants, la charpente peinte de l’aile Nord de l’hôtel particulier.

 

La réflexion architecturale se porte de façon particulière ici sur la conservation ou restitution d’états antérieurs.

 

Le parti architectural est porteur de l’humilité qui convient pour éviter d’instaurer des hiérarchies, des négligences ou des oublis de périodes ou vestiges. Les apports nécessaires en termes réglementaires, de confort se font dans le respect des dispositions anciennes. Les vestiges les plus discrets seront simplement soulignés à l’attention des visiteurs, certaines parties jusqu’ici condamnées (caves, combles) sont redonnées à voir.

 

Les maisons annexes bénéficient d’un même soin dans leur requalification en résidence hôtelière. Celles-ci sont soit adossées au monument antique, soit partie de maisons médiévales possédant de beaux vestiges.

La logique de « maisons de ville » est respectée dans le traitement architectural y compris dans le fonctionnement.

 

L’intervention du Studio Pardo ajoute à cet ensemble patrimonial une dimension contemporaine à la mesure du lieu. Le champ d’intervention architectural de Jorge Pardo est concentré sur le revêtement de sol, unificateur, au graphisme marqué et capable de dialogue avec toutes les parties du bâtiment, sans confrontation. Ce projet de nappe colorée habille les sols de façon continue et graduée depuis le rez-de-chaussée vers les étages.

 Cette intervention artistique se prolonge dans les éléments mobiliers, tels que luminaires, panneaux décoratifs, mobilier des chambres et choix des coloris.

 

Pin It on Pinterest